23 novembre, 2015
par Challenge Action

Comment survivre à une attaque terroriste

Comment survivre à une attaque terroriste. Notre spécialité est de faire des synthèses guides et argumentaires dans le domaine des affaires, mais l’actualité m’amène à penser que nous pouvons mettre nos compétences au service de tous et en particulier des amis à Paris, d’autant que mes années de judo, karaté, aïkido, pilotage, parachutisme, plongée, préparation […]

Partager
partager sur linkedin partager sur facebook partager sur twitter
Entrainement anti terroriste à Paris

Comment survivre à une attaque terroriste.

Notre spécialité est de faire des synthèses guides et argumentaires dans le domaine des affaires, mais l’actualité m’amène à penser que nous pouvons mettre nos compétences au service de tous et en particulier des amis à Paris, d’autant que mes années de judo, karaté, aïkido, pilotage, parachutisme, plongée, préparation militaire font que ce sujet n’est pas tout à fait nouveau. De plus, ces activités ont toutes des éléments en commun non seulement avec la sécurité, mais aussi avec les affaires dans la mesure où il y a toujours 3 phases : la préparation, l’action et la réflexion (ou débriefing).

Cet article se base sur une synthèse des méthodes françaises, américaines et russes.

Les trois C

En cas d’attaque terroriste, vous avez à choisir entre trois solutions, par ordre de priorité : courir, se cacher, combattre.

Courir

  • Repérez le chemin de sortie. La première chose, quand vous arrivez quelque part, est de repérer les issues de secours, comme dans un avion avant le décollage. Visualisez le chemin à prendre, il n’a pas besoin d’être compliqué, les premières secondes d’une attaque terroriste sont cruciales pour s’en sortir, les individus sont généralement en état de sidération ou de panique, une petite préparation fait la différence.
  • Dans un restaurant ou lieu public, vous pouvez préférer vous asseoir dos au mur et orienté de façon à voir qui rentre.
  • Sortez le plus rapidement possible, quels que puissent être les conseils des autres. Trop de victimes confondent des coups de feu avec des pétards, n’attendez pas qu’il soit trop tard. Sortez par tous les moyens possibles : issues de secours, fenêtres, lucarnes. Beaucoup de survivants du Bataclan doivent leur vie à une sortie immédiate. Si vous entendez le tireur jouer avec sa culasse c’est peut-être que son fusil est enrayé ou qu’il doit le recharger.
  • Laissez vos effets personnels, ils ne sont pas prioritaires et vont vous gêner, ce sont les mêmes conseils que dans les avions.
  • Évitez si possible les sorties que tout le monde prend, la foule peut être plus dangereuse que l’acte terroriste lui-même.
  • S’il y a le feu ou de la fumée, sortez en rampant, c’est là que se trouve l’air le plus pur et le moins chaud. Pour avoir pratiqué cet exercice dans une pièce noire dans l’armée l’important est de rester calme et de laisser passer ceux qui sont devant tranquillement.
  • Vous pouvez profiter du fait que le terroriste recharge son arme pour vous enfuir mais le temps est très court. Certains sites mal informés disent qu’il faut 30 secondes pour recharger une Kalachnikov, c’est faux, il suffit d’environ 4 secondes à un tireur entrainé tel que vous pouvez le constater dans cette vidéo. Ne restez pas dans la ligne de tir du terroriste, courez toujours en zigzag de manière erratique, c’est beaucoup plus difficile pour le tireur.
  • Aidez d’autres à sortir si vous le pouvez.
  • Dès que vous êtes sorti de la zone dangereuse, empêchez les autres d’y rentrer.
  • Si vous êtes en voiture et que vous êtes bloqué dans un embouteillage, sortez de votre voiture en courant.
  • Appelez les autorités en restant calme et en précisant où vous êtes.

Se cacher

Si vous ne pouvez pas vous enfuir, alors cachez-vous, tout est bon pour le faire. Les survivants du Bataclan étaient cachés partout : toilettes, faux plafonds, canalisations, placards. Voici les priorités:

  • Cachez-vous de la vue des terroristes.
  • Évitez de vous lever et de courir si les terroristes sont autour.
  • Si vous êtes dans une salle avec les terroristes, faites le mort si vous ne pouvez faire autrement, évitez tout mouvement, toute plainte, même si vous êtes blessé, c’est ce qui a sauvé beaucoup de victimes des derniers attentats au Bataclan.
  • Tentez de choisir des abris naturels qui vous protègent des balles; le carton ou le plastique, ce n’est pas l’idéal.
  • Évitez si possible les endroits dans lesquels vous serez bloqué.
  • Fermez les portes à clé, c’est une faible protection mais cela peut aider.
  • Ne vous pensez jamais en sécurité derrière une porte, elle n’arrêtera pas les balles. La majorité des cloisons en brique non plus, d’ailleurs, n’arrêtent pas les balles des kalachnikov, les militaires les renforcent avec des sacs de sable. Si les tirs proviennent de l’extérieur, cachez-vous au milieu du bâtiment.
  • Si vous êtes pris dans une fusillade dans la rue et que vous ne pouvez fuir, cachez-vous derrière le bloc moteur des voitures.

Combattre

C’est la dernière option à choisir, mais il n’y a parfois pas le choix si vous voyez que les terroristes vont vous tirer dessus ou tenter de faire tomber l’avion dans lequel vous êtes. Combattre est aussi la meilleure chose à faire si vous vous trouvez avec un terroriste dans un endroit fermé comme un train et si vous êtes près de lui ou derrière lui, à condition bien entendu de vous en sentir capable physiquement et psychologiquement, c’est comme cela qu’un massacre a été évité dans le Thalys. Il ne sert alors à rien d’attendre, vous n’avez rien à perdre à attaquer.

  • Essayez de trouver d’autres volontaires autour de vous ayant la capacité de se battre.
  • Tentez de préparer une attaque simultanée.
  • Improvisez des armes avec tout ce dont vous avez à disposition à côté de vous.
  • Rapprochez-vous du ou des terroristes si cela est possible, sans vous montrer menaçant, un espace de quelques mètres avec eux peut vous permettre une attaque en extrêmement rapide, en une fraction de seconde, un couteau peut être très efficace contre un terroriste possédant une arme à feu car vous êtes plus rapide que lui avec votre couteau si vous prenez l’initiative. Seul un terroriste entrainé à l’aïkido, au jiu jitsu ou aux techniques de commando peut y faire face. Un couteau peut être remplacé par tout objet pointu comme un tournevis, poinçon etc.
  • Une fois l’attaque commencée, utilisez toutes vos forces, tous les moyens et allez jusqu’au bout, ne relâchez pas la pression avant l’arrivée des forces de l’ordre.

Dans les trois cas de figure, à l’arrivée des forces de l’ordre écoutez ce qu’elles vous disent, montrez-leur vos mains, acceptez d’être considéré comme un terroriste potentiel, elles ne savent pas si certains se cachent parmi les victimes, elles font cela pour votre sécurité.

Voyez la vidéo américaine des 3 C: Run Hide Fight

Le système proposé par le gouvernement Français

 

Le gouvernement Français propose une variante un peu plus « soft »: s’échapper, se cacher, alerter:

Gouvernement on Twitter: "S'ÉCHAPPER, SE CACHER, ALERTER, des instructions  pour réagir en cas d'attaque terroriste >> https://t.co/dMayQn85U4  https://t.co/dLImHFgzLn" / Twitter

 

Nous préférons cependant nettement la version américaine dans la mesure où, même si la version française est plus sûre dans son point trois qui préconise l’appel des forces de l’ordre, ce n’est pas toujours applicable, parfois même dangereux.

En dernier recours il faut parfois se battre quand il n’y a plus rien à perdre. Ainsi, par exemple, c’est en attaquant les terroristes dans le train Thalys qu’un carnage a été évité, c’est aussi la seule issue dans un avion ou un transport en commun s’il est clair que les terroristes vont passer à l’action et qu’il est impossible de s’échapper ou se cacher.

Comment lutter contre une attaque au gaz et agents neurotoxiques

Il existe trois catégories d’agents chimique:

Les agents vésicants comme le gaz moutarde, utilisé pendant la guerre 14-18 mais aussi par les islamistes (et peut-être aussi l’armée d’Assad) en Syrie après avoir pillé les réserves de l’armée syrienne. Il étouffe et attaque les poumons mais n’a rien à voir avec la toxicité des agents neurotoxiques.

Les agents suffocants comme le chlore, facile à trouver, qui a aussi été utilisé en Syrie.

Les pires, les gaz neurotoxiques comme le tabun, le sarin, le soman, l’agent VX. C’est ce qui fait le plus peur à nos gouvernements.

Les gaz neurotoxiques sont propagés par le vent et ont souvent une couleur jaune ou verte. Essayez de fuir le nuage en tenant compte de son trajet avec le vent. Attention, l’agent VX est incolore.

Ces gaz étant généralement plus lourds que l’air, une bonne protection, contrairement à ce qu’il faut faire en cas de bombardement, est donc de monter sur les collines ou dans les immeubles.

Les symptômes du VX se caractérisent par des larmes dans les yeux, des écoulements nasaux, une salivation excessive, des tremblements musculaires. Le VX s’attaque au système nerveux et musculaire, il peut provoquer la mort en quelques minutes.

Comment se protéger des agents neurotoxiques

  • La combinaison étanche et le masque à gaz, mais cela marche à condition de les avoir enfilés avant d’être touché et il est difficile de les porter très longtemps.
  • Si vous êtes touché, débarrassez-vous de vos vêtements infectés et prenez une douche.
  • Faites-vous piquer avec une dose d’antidote, de l’atropine. Les militaires disposent d’une seringue auto-injectable sur eux et on vient d’apprendre que les participants aux prochaines rencontres du COP 21 en seront aussi équipés.

Les endroits pour se procurer les combinaisons le protection, site des surplus de l’armée française et site de vente en gros.

Que faire si on est pris en otage

  • Évitez d’attirer l’attention des terroristes.
  • Ne croisez pas leur regard.
  • Ne répondez pas aux provocations.
  • Restez calme.
  • Ne tentez pas de vous lever et de partir si les terroristes n’abattent pas les otages.
  • Repérez les sorties en cas de fusillade.

Comment éviter les pièges

  • Évitez d’ouvrir les colis qui vous parviennent et dont vous ne connaissez pas l’expéditeur.
  • Ne touchez jamais aux fils tendus dans des endroits où ils ne devraient pas être.
  • Méfiez-vous de toutes les portes, chasses d’eau. Les militaires évitent les portes et font des trous dans les murs pour progresser dans les maisons.
  • Ne passez jamais à côté des endroits fraîchement remblayés sur les bords d’une route.
  • Ne touchez pas aux objets suspects, jeux pour enfants, poupées dans des endroits où ils ne devraient pas être présents.
  • En cas d’explosion, jetez-vous au sol en vous protégeant la tête avec les bras.

Ce thème est assez bien couvert par un article russe de Sputnik

 Que faire avec un kamikaze

La règle de base est de ne jamais se laisser approcher par un kamikaze, même les policiers avec gilets pare balle et protections ne peuvent s’en approcher car l’explosion peut être énorme, la difficulté est bien entendu de savoir les détecter.

Statistiquement ce sont des hommes célibataires (sans alliance) de 17 à 30 ans, la plus grande majorité a moins de 25 ans. Leur objectif est d’arriver coûte que coûte sur leur cible, il est très difficile de les arrêter.

Voici un certain nombre de signes qui peuvent vous aider à les identifier:

  • La première chose que l’on voit est la silhouette, généralement assez large pour cacher leur ceinture ou leur gilet piégé, ou un sac qu’ils manipulent avec précaution.
  • Les vêtements sont généralement amples pour cacher les explosifs, à moins qu’ils ne soient cachés dans un sac.
  • Leurs yeux sont hagards et dans le vague.
  • Ils sont dans un autre monde, ils n’entendent pas ce qu’on leur dit.
  • Ils transpirent beaucoup.
  • Certains font leur prière avant de passer à l’action (comme Amedy Coulibaly à l’Hyper Cacher juste avant de tenter une sortie).
  • Plus étonnant, les islamistes mettent souvent du parfum fleuri pour, pensent-ils, faciliter leur arrivée au paradis.

Que faire

  • Éloignez-vous de lui discrètement sans lui montrer que vous l’avez reconnu.
  • Tentez de vous placer derrière lui afin de prévenir les personnes autour.
  • Si vous être dans un train ou un métro, changez de wagon sans rien dire à personne et prévenez les forces de l’ordre qui pourront peut-être l’arrêter avant d’arriver à destination.

Conclusion

En conclusion, ne soyez pas non plus paranoïaque, c’est ce que les terroristes recherchent, profitez comme avant mais avec une petite vigilance supplémentaire. Si vous avez peur, dites- vous que c’est normal, vous n’êtes pas le seul, faites de la visualisation positive en vous disant que tout va bien où vous êtes.

Après tout, comme disent les Américains, « better safe than sorry », ces petits conseils vous permettront de mieux vous sentir en sécurité et de profiter du moment.

Jean-Pierre Mercier

Vous pouvez aussi accéder sur ce site à nos guides de formation en gestion, développement des affairesweb.

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

Offre spéciale

Remplissez le formulaire pour obtenir un résumé PDF sur comment augmenter vos ventes et 10% de réduction sur une de nos formations en ligne.