30 mai, 2022
par Jean-Pierre Mercier

Sources d’information sur la guerre en Ukraine

Beaucoup de personnes s’informent sur ce qui se passe en Ukraine, mais sont souvent un peu décontenancées par les informations et les prévisions contradictoires, sans pouvoir évaluer leur véracité ou leur origine. Je vous propose ici un petit guide d’information qui pourra vous éclairer. Les différentes sources d’information On considère qu’il existe quatre sources d’informations […]

Partager
partager sur linkedin partager sur facebook partager sur twitter

Beaucoup de personnes s’informent sur ce qui se passe en Ukraine, mais sont souvent un peu décontenancées par les informations et les prévisions contradictoires, sans pouvoir évaluer leur véracité ou leur origine.

Je vous propose ici un petit guide d’information qui pourra vous éclairer.

Les différentes sources d’information

On considère qu’il existe quatre sources d’informations principales :

  • Agences de presse
  • Grands médias officiels : journaux, télévision, radios
  • Réseaux sociaux
  • Sites internet spécialisés.

Il faut savoir qu’il n’existe que trois agences de presse occidentales qui fournissent tous les médias officiels, c’est la raison pour laquelle on retrouve les mêmes nouvelles partout. Les informations qui diffèrent viennent des envoyés spéciaux envoyés sur les lieux  de conflit par les journaux et télévisions qui en ont les moyens.

Connaissant les distorsions de la communication, plus il existe d’intermédiaires entre la source et nous, plus l’information l’information est déformée. Aucune information n’est complète et impartiale, mais plus on obtient l’information près de la source mieux c’est, c’est ce qui va nous guider ici, vous allez découvrir les réseaux qui vous permettent d’avoir un accès direct au terrain.

Agences de presse

Les agences de presse sont proches de la source et donnent d’excellentes informations, malheureusement celles qui sont accessibles sur leur site gratuitement sont limitées et c’est normal, car les grands médias ont des abonnements payants qui leur donnent accès à tout. Ces informations sont aussi neutres que possible pour être acceptables par leurs différents clients, des journaux ou télévisions aux orientations politiques diverses.  Ces agences de presse ne sont néanmoins pas totalement neutres, il suffit de les comparer leurs parutions entre elles ou avec l’agence russe Tass.

Grands médias officiels

Les grands médias mainstream sont ceux que vous connaissez, la télévision que vous regardez, la radio que vous écoutez, les journaux que vous lisez tous les jours.

Bien entendu, puisque vous les suivez, vous les trouvez sûrement honnêtes et impartiaux, pourtant c’est impossible, il n’existe pas de neutralité dans l’information. Dès que vous comparez plusieurs médias, vous vous rendez compte qu’ils ne disent pas la même chose. Chaque journal a sa couleur politique, ses lecteurs, choisit les informations reçues des agences de presse, met en avant certaines nouvelles plutôt que de d’autres, habille et contextualise ces informations afin de satisfaire leurs auditeurs. Avec les mêmes sources, les agences de presse, les journaux, TV ou radios vont dire des choses différentes. De manière paradoxale ce sont souvent de petits journaux de province qui procurent les meilleures informations internationales, car ils ne font que recopier en brut les nouvelles de l’agence de presse, cela se voit tout de suite, car il y a peu « d’habillage » de l’information.

Les réseaux sociaux

Tout d’abord il y a deux types de réseaux sociaux, ceux qui sont censurés comme Facebook, qui ne sont d’aucun intérêt pour s’informer, et puis il y a ceux qui sont libres comme Telegram qui sont des mines d’informations brutes,  vous pouvez trouver l’information à sa source, sur le terrain, avant tout le monde. C’est biaisé selon l’origine, mais vous le savez, vous pouvez avoir accès à des informations postées en direct par des soldats, et non par des reporters qui envoient leur résumé à l’agence de presse, qui la met en forme et l’envoie aux journaux et TV qui la transforment encore une fois.

Le commentaire du soldat concerné est également plus pertinent que celle des reporters qui essaient de comprendre ce qui se passe, parfois en restant dans leur hôtel. A vous aussi de « lire » ce qui se passe sur le terrain pour savoir si le commentaire est aligné sur ce que l’on voit, ce n’est pas toujours le cas ! Vous pouvez comparer ce que montre la partie ennemie et tenter de déterminer laquelle est la plus réaliste.

Vous ne verrez jamais certaines de ces images dans les médias mainstream, elles sont trop brutales,  ne vous avisez pas non plus de les mettre sur les réseaux sociaux censurés comme Facebook ou Twitter, vous serez banni immédiatement.

Ces sources vous donneront une information plus précise, mais aussi en avance sur ce que le grand public saura, parfois 24h, une semaine, parfois ils ne le sauront jamais.

Les sites spécialisés

Les sites spécialisés permettent d’obtenir une information avec analyse et dont l’orientation dépend de la source, en gros il y a les sites russes, les sites ukrainiens, les sites occidentaux et les sites open source.

La complémentarité de sources

L’idéal est d’utiliser les sources de manière complémentaire :

  • Les médias mainstream vous présentent les informations les plus importantes puisque les agences de presse les passent dans un premier tamis, les médias les passent dans un deuxième tamis en fonction de leur couleur politique. Ces médias ont l’avantage de faire le travail de sélection des nouvelles importantes pour vous, ils peuvent se tromper, mais cela aide.
  • Les réseaux sociaux vous permettent d’accéder à des informations à la source, mais vous ne pouvez pas tout suivre d’où l’intérêt des grands médias.
  • Les sites spécialisés vous procurent des analyses introuvables ailleurs pour approfondir certaines recherches ou avoir le point de vue des Ukrainiens ou des Russes.

Les agences de presse à suivre

  • Agences de presse occidentales
    • Agence France Presse : agence française, très peu d’informations intéressantes sur le site web grand public si on n’est pas abonné, mais les premiers prix sont abordables et commencent à 300 euros seulement.
    • Associated Press : agence américaine, elle propose quelques articles de fond sur l’actualité, mais ne permet pas de suivre le conflit
    • Reuters : agence anglaise, c’est celle qui offre le plus d’information au public, la seule que je garde dans mes favoris.
  • Agence de presse russe
    • Agence Tass, c’est l’agence russe iconique de la guerre froide, elle procure une couverture complète et propose le point de vue russe sur les différents sujets d’actualité. Elle vaut le coup de s’y arrêter.

Il faut noter le travail exemplaire des reporters et des photographes de guerre qui risquent leur vie pour nous rapporter ce qui se fait sur le front.

Les journaux en ligne

  • Journaux occidentaux : il y en a énormément, vous devez avoir vos préférés, je ne vais donc en proposer que quelques-uns.
    • La Presse, journal québécois qui a l’avantage de ne pas couper les articles si on n’est pas abonné comme le font la majorité des journaux français. Information généraliste qui permet de savoir ce qui se passe rapidement.
    • CNN, information américaine en anglais de tendance démocrate, il couvre bien les évènements en Ukraine.
  • Journaux russes
    • RT (Russia today) : journal russe en Français qui présente la position russe pour sur les sujets de politique étrangère, vous y retrouverez les communiqués de Lavrov et de l’armée russe. C’est un incontournable.
    • Pravda en anglais, c’est aussi un journal iconique de la guerre froide, c’est le porte-voix de Kremlin. Si vous ne voulez lire qu’un seul média russe, vous devez le choisir.

Les télévisions

  • BFM TV : c’est la chaine française en direct qui couvre le mieux le conflit, Cnews est meilleur pour les débats de politique française, mais ne couvre pas aussi bien l’Ukraine. BFM invite des militaires, un ancien espion du KGB, Sergeï Jirnoz, qui a connu Poutine, et d’autres spécialistes russes pour expliquer les cartes et images, c’est très intéressant.
  • ABC News :  une chaine américaine que vous pouvez regarder en continu dans à peu près tous les pays.

Les réseaux sociaux

  • Facebook
    • Facebook Watch : offre de courtes vidéos occidentales sur le conflit quand vous tapez le mot clé de recherche : Ukraine.
    • Géogopole : page Facebook russe qui retransmet tous les discours de Lavrov, Poutine, Choigou, briefings journaliers du ministère de la défense russe qui diffuse surtout des bulletins de victoire, qui ne sont pas toujours faux d’ailleurs.
    • Opération dénazification et démilitarisation : c’est la meilleure page russe sur Facebook, elle présente les vidéos, images, et points de vue russes. La page est vivante avec énormément de commentaires d’Africains qui sont à 100% pro russe et très anti-français, détestent les Occidentaux. Très difficile, voir impossible, de discuter avec eux par contre, ils ne voient et ne connaissent que le point de vue russe, ne croient rien de ce qu’ils disent les médias occidentaux et voient des conspirations partout. Paradoxalement il est plus facile de discuter avec les Russes qui défendent brutalement leur point de vue, mais qui sont mieux informés.
    • Air Force command of UA armed forces : page de l’armée ukrainienne, pas énormément d’informations, les pertes russes sont affichées tous les jours, on peut néanmoins penser que ces chiffres affichés sont supérieurs à la réalité.
  • Twitter : la majorité des pages sont pro Ukrainiennes, la censure empêche les images violentes donc la majorité des vidéos en provenance du terrain.
    • NEXTA : page d’origine biélorusse, mais pro ukrainienne qui offre des informations générales sur le conflit
    • OSINT : sont plusieurs pages de source ouverte portant sur les armes et les conflits, c’est une des meilleures sources d’information sur le conflit grâce à leur diversité, aux analyses, aux commentaires.
    • OSINT Technical :  page orientée sur l’armement et l’aspect technique.
    • Rob Lee: cela semble être un militaire américain, la meilleure page d’un individu sur ce conflit, impressionnant de voir tout ce qu’il collecte comme informations.
    • War Monitor: source ukrainienne, sans doute la meilleure sur Twitter.
    • Russia en fire: recense tous les feus d’origine inconnue en Russie, il y en a tous les deux ou trois jours environ. Très impressionnant.
    • Ukraine War Maps : vous permettent de suivre les cartes au jour le jour, et donc en avance sur les grands médias.
    • Russian officers killed in Ukraine: recense les officiers russes tués, ils sont nombreux, il est triste de voir leur photo avant leur mort, elle montre le gâchis de cette guerre sans laquelle ils seraient toujours vivants.
  • Telegram : c’est le réseau le moins censuré, celui qui vous rapproche le plus près du terrain, qui a le moins de filtres avec ses avantages et ses inconvénients, c’est le pouls du terrain que vous ne verrez pas ailleurs, mais le terrain c’est aussi les atrocités de la guerre. Les grands médias diffusent surtout les populations civiles et les destructions, les soldats montrent les blessés et les morts chez l’adversaire.
    • Info war mondial : page en Français d’obédience russe
    • Russie et…Zov: page en Francais très intéressante car l’administrateur a un copain, Bachir, soldat russe sur le terrain, qui rapporte directement photos et vidéos de son « travail » comme il dit. Cela permet d’avoir la sensation du terrain.
    • ASB military news : page russe en anglais. Vous pouvez discuter avec ceux qui commentent, attention, ils sont très pros russes et si vous les critiquez vous risquez de vous faire bannir du site.
    • Pravda from Russia : page Telegram du fameux journal russe en anglais. Cette page accepte la critique.
    • Wagner Z Group : difficile à dire si la page est liée au fameux groupe Wagner, n’importe qui peut créer une page sur un réseau social et lui donner le nom qu’elle veut, mais elle présente des photos et vidéos des combats impossibles à obtenir ailleurs.
    • Wagner Group Russia : la page propose de nombreux vidéos du groupe Wagner en Ukraine et en Afrique, il se pourrait qu’elle soit authentique ou d’un de ses soldats. Attention à certaines vidéos hyper violentes de torture et d’assassinat d’un Africain. La cruauté de Wagner n’est pas une invention, il est même difficile de comprendre pourquoi ils laissent cette vidéo sur la page.
    • Heroes of Ukraine : page ukrainienne qui vous redonnera le moral si vous être pro ukrainien et que vous avez regardé trop de pages russes qui ne présentent bien entendu que leurs succès. La page présente de nombreuses vidéos de destruction de blindés russes très impressionnantes.
    • Ukraine War Videos : page dont la mission est de présenter les pertes matérielles et de militaires russes. Attention, énormément de vidéos et photos de morts mis en morceaux. La page n’apporte pas beaucoup d’information si ce n’est de rappeler le caractère terrible de cette guerre, il ne s’agit pas d’un jeu vidéo, les cadavres sont calcinés, en morceaux, il n’en reste parfois plus que les os. C’est l’horreur de la guerre qu’on ne voit pas ailleurs.
    • Maps of War in Ukraine (British Defence Intelligence) : site des services britanniques de renseignement extrêmement intéressant, précis et mis à jour presque en temps réel.
    • Marigo News: page prorusse en Français. L’administrateur ne publie plus actuellement mais il y a beaucoup d’échanges sur la discussion du groupe.
    • Russian Wolf, page intéressante quand on ne se fait pas bloquer par l’administrateur !

Les sites web spécialisés

  • Censor.Net : site qui vous donne les nouvelles officielles ukrainiennes, il présente plutôt leurs succès que leurs pertes. S’ils décrivent une  situation difficile dans un secteur ou se plaignent de ne pas recevoir les armements voulus, cela veut probablement dire qu’ils reculent.
  • Oryx : site open source recensant toutes les pertes d’équipement russe : avions, hélicoptères, chars, canons, transports de troupes. Le site ne comptabilise que le matériel détruit ou endommagé observé, les chiffres sont donc inférieurs à la réalité, en particulier aux chiffres ukrainiens qui sont supérieurs à la réalité.

En conclusion

C’est à vous de mettre en favori les sites que vous préférez en fonction des informations que vous recherchez.

En termes de processus d’information je commence par les médias mainstream pour avoir une vue globale, ensuite dans twitter pour obtenir plus précis, puis sur Telegram pour voir se qui se passe sur le terrain, et de temps en temps sur les sites spécialisés comme Oryx pour vérifier les chiffres.

Une astuce pour terminer : vous pouvez suivre les pages russes en utilisant Google Trans, vous pouvez même discuter avec les Russes par les commentaires et leur transmettre des informations qu’ils n’ont pas, pas sûr qu’ils l’admettent par contre !

Jean-Pierre Mercier

Comment réaliser de la publicité sur les réseaux sociaux

Offre spéciale

Remplissez le formulaire pour obtenir un résumé PDF sur comment augmenter vos ventes et 10% de réduction sur une de nos formations en ligne.